Menu Fermer

ISABELLE GENLIS et ho thuy trang

Cendrillon(S) de france et du viêtnam

Samedi 29 mai – 16h30 – Spectacle en salle

Bibliothèque les Jacobins, 42 Rue du Onze Novembre FLEURY-LES-AUBRAIS

Spectacle tout public, Durée 1h, gratuit sur réservation au 02 38 83 31 20

L’une vit en France, l’autre au Vietnam. L’une s’appelle Cendrillon : petit tas de cendres, l’autre se nomme Tam : Brisures de riz. Tam a une sœur, qui vaut les deux de Cendrillon… Chacune a une belle-mère au cœur taillé dans la même pierre. Les pierres de la jalousie les font trébucher sur le chemin du bonheur promis. Une pantoufle de vair pour l’une, un chausson de perles pour l’autre, seront perdus sur le chemin, mais les fées ont le bras long pour Cendrillon, et le bouddha veille sur Tam. Que se passera-t-il quand elles se marieront ? Est-ce que l’histoire s’arrête là ?…

biographie

Isabelle Genlis puise son inspiration essentiellement dans les pays d’Asie – Vietnam, Asie du Sud Est avec quelques envolées vers le Japon. Les récits, contes, légendes, épopées sont présents dans tous les peuples et commencent avec l’histoire même de l’humanité. Ils sont là, comme la vie. Ils voyagent au delà des frontières, portés par une voix d’aujourd’hui pour nous raconter notre monde. Onduler entre les langues, chalouper sur leurs rythmes,  partager avec la distance apaisante de l’imaginaire leurs préoccupations, c’est conjuguer l’altérité pour des lendemains enchantés.

Faire de la parole partagée une expérience commune grâce aux histoires, a toujours intéressé Isabelle. A 17 ans, elle entre au Conservatoire de Saint Germain en Laye pour raconter les histoires par l’expression théâtrale. Là, elle apprend à les jouer tout en suivant le cursus Arts du Spectacle à l’université Paris 3. Après son 1er prix d’interprétation, elle travaille avec plusieurs compagnies jusqu’à rencontrer Alain Knapp. Elle suit son enseignement, explore les enjeux de la création théâtrale puis fonde avec ses compagnons la Compagnie Corps et Ames. Ils créent collectivement leurs propres textes ou des textes d’auteurs. Elle participe aux créations du Théâtre Odyssée qui entretient un échange artistique avec une compagnie en Corée du Sud. Sa rencontre avec Sotigui Kouyaté est déterminante. Elle joue sous sa direction, l’assiste et découvre l’Afrique de l’ouest. Elle poursuivra les échanges artistiques avec le Burkina Faso en travaillant avec la chorégraphe Irène Tassembédo.

Grâce au savoir-faire du Griot Sotigui Kouyaté, Isabelle découvre la richesse du patrimoine immatériel et l’importance de la transmission orale. Conter, c’est participer aux choeurs de la mémoire collective, aujourd’hui. Elle s’engage à écouter, collecter, honorer, donner un nouveau souffle aux histoires anciennes pour qu’elles continuent à nous éveiller à nous mêmes, à nous relier les uns aux autres. Sensibilisée à l’Asie par l’histoire de sa famille dont une des racines de l’arbre familial puise sa sève au Vietnam, elle écoute son entourage vietnamien et crée des spectacles de contes  des peuples du pays des fils du dragon et de la fée. Elle rencontre le linguiste Maurice Coyaud qui contribue à son travail grâce à ses recherches, ses traductions et dont la famille lui confie son fonds de livres de contes. Elle étend son intérêt et ses créations aux pays d’Asie du sud et au Japon.